StatWine

ÉTUDES DES CHÂTEAUX ET VINS DE BORDEAUX

Château Ausone

Saint-Emilion Grand Cru

1er Grand Cru Classé A

dernière mise à jour : mercredi 10 février 2010
 

Château Ausone a son origine ancrée dans l’Histoire de la cité de Saint-Emilion. Ausone a été édifié à l’emplacement de la villa qu’occupait le poète et proconsul Ausone au 4ème siècle. Ce vignoble appartient à la même famille depuis plus de quatre siècles, fait plutôt rare à Saint-Emilion.

Le Domaine

Bien que présent à Ausone depuis 1974, Alain Vauthier n'en devient seul maître qu'en 1997. Il a alors un défi de taille à relever: restructurer complètement le vignoble et certains bâtiments susceptibles de s’effondrer, car construits sur des galeries souterraines d’anciennes carrières de calcaire à astéries. Au début des années 1990, Ausone était une « belle endormie ». Pour lui redonner son lustre avec des vins de grande garde comme ceux élaborés au début du vingtième siècle, de gros investissements étaient nécessaires. D’importants travaux de rénovation sont d’ailleurs toujours en cours et c’est un énorme challenge que se fixe Alain Vauthier, la gageure étant d'obtenir, chaque année, un grand millésime. Cet objectif passe par la création d'un deuxième vin et s’appuie sur un travail extrêmement sélectif à la vigne.

Le contexte Géologique exceptionnel de Château Ausone mérite qu’on s’y attarde. Le vignoble est exposé selon une direction est, sud-est. Les parcelles reposant sur deux entités géologiques distinctes : pour un quart de leur surface totale sur du calcaire à astéries et, pour trois quart de leur superficie, sur les molasses du Fronsadais. De bas en haut du domaine, la stratigraphie à l’aplomb d’Ausone est constituée...

  • de molasses du Fronsadais (oligocène inférieur 1 ou Sannoisien) qui sont des roches tendres et calcaires, à texture fine (limono argileuses) avec parfois des chenaux sableux en partie grésifiés. Les argiles jouent un rôle fondamental dans l’alimentation hydrique de la vigne. Les molécules d’eau sont stockées dans les espaces interfoliaires des argiles et peuvent ainsi, continuer à alimenter la vigne dans les périodes de sécheresse.

  • d’une mince couche d’argiles de Castillon (oligocène inférieur 2 ou Sannoisien). Il s’agit d’argiles vertes à nodules calcaires d’un mètre d’épaisseur, situées entre les molasses de Fronsadais et le calcaire à astéries, peu visibles sur le coteau car elles sont souvent recouvertes de colluvions, leur présence se manifeste par une série de sources.

  • de calcaire à astéries (Oligocène supérieur 1 ou Stampien) autour du Château. La strate débute par une couche d’argiles à huîtres peu épaisses, suivie par une assise puissante de plusieurs dizaines de mètres de calcaire à grain fin sableux (Calcarénite), longtemps exploité dans les carrières de Saint-Emilion. Un dépôt de calcaire riche en fossiles (calcirudite) coiffant cette couche calcaire. Pour les vignes plantées sur les calcaires à astéries, leur grande porosité facilite la régulation en eau, le calcaire absorbant et restituant cette eau en fonction des besoins. Pour preuve de la résistance du vignoble au stress hydrique, lors de l’année caniculaire de 2003, les raisins flétris ne représentaient que 2% de la récolte alors que Ausone 1976 est considéré comme le meilleur vin de ce millésime sec et très chaud.

À la vigne

L’encépagement des 7 hectares de Château Ausone est constituée pour 55% de Cabernet Franc, 43% en Merlot et environ 2% de Cabernet Sauvignon. L’âge moyen des vignes est de 50 ans, 25% du vignoble étant constitué de pieds de 60 à 70 ans. Les complantations privilégient le Cabernet Franc qui, pour Alain Vauthier, est le véritable cépage historique du libournais - Cheval-Blanc, Angélus, Lafleur, Vieux-Château-Certan, l'Eglise-Clinet etc.. ont une tous une très forte proportion de Cabernet-Franc, le Merlot ayant été planté dans la période post-phylloxérique et surtout après les gelées de 1956. Alain Vauthier travaille avec des sélections clonales extrêmement sélectives afin d’éviter les plants malades. La qualité passe par le choix de très bons plants, produisant des grains petits et bien aérés.

La densité des dernières plantations d’Ausone est de 12’600 pieds à l’hectare, cette compacité favorisant la concurrence entre les pieds, contribuant à diminuer les rendements, et à produire des grains plus petits.

Bien que non officiellement certifié, le vignoble est entièrement conduit selon les principes de la Biodynamie, ce qui nécessite un énorme suivi et un matériel agricole particulièrement performant. Des vendanges « en vert » sont réalisées régulièrement, avec pour objectif d’aérer les grappes et de les ordonner. Comme souvent à l’époque, les anciennes parcelles mélangeaient allègrement les variétés de plants puisque, pour des raisons de commodité, les récoltes se faisaient en une fois. Les méthodes ayant bien changé aujourd’hui, il a fallu marquer les pieds des anciennes plantations pour que les vendangeurs les identifient aisément et les ramassent en séquentiel afin de respecter les écarts de maturité selon les cépages. Les vendanges font donc l’objet d’un soin très méticuleux avec un premier tri sévère à la vigne.

Au chai

Après l’éraflage, en partie manuel, les raisins sont mis dans des cuvons de 6 hectolitres réfrigérés à 6°, avant que ces derniers soient vidés dans des cuves bois de 54 hectolitres. Ces cuvons permettent d’éviter d’avoir à remplir partiellement une cuve en attendant qu’elle soit complétée quelques heures plus tard et de pouvoir vendanger d'une manière séquentielle, même en toutes petites quantités. Ils permettent également d’éviter le pompage. Les baies restent pendant 5 à 6 jours en macération préfermentaire à froid, puis les cuves sont réchauffées et le jus commence sa fermentation alcoolique. La flore indigène est composée de nombreuses levures et bactéries. La fermentation alcoolique est menée successivement par de nombreuses espèces de levures. L’extraction se fait par des remontages légers, deux à trois délestages et parfois un ou deux pigeages. Le vin est ensuite logé dans des barriques neuves, fabriquées par trois tonneliers. Dès les fermentations malolactiques terminées fin Janvier, les barriques sont descendues dans le superbe chai d’élevage situé dans une ancienne carrière, où elles restent une vingtaine de mois avant l’embouteillage. Les vinifications à Ausone sont parcellaires et les assemblages finaux sont réalisés fin Février, début Mars.

En bouteille

Aujourd’hui, Château Ausone est considéré, par le connaisseur, comme le meilleur et le plus régulier des grands seigneurs de Saint-Émilion. Sa rareté (moins de 25'000 bouteilles/an pour le 1er et le 2ème vin ensemble) fait de Château Ausone un cru de plus en plus inaccessible au commun des mortels. En effet, les prix du marché d'Ausone n'ont plus rien à envier aux prestigieux crus libournais tels que Petrus, Le Pin et autres Lafleur dans les grands millésimes. En plus d'un terroir exceptionnel, peut-être le meilleur de Saint-Emilion, son exposition est, sud-est permet d'obtenir des maturations idéales. Souvent un peu austère et compact dans sa jeunesse, Ausone est merveilleusement racé, puissant et complexe à maturité et se boit vingt ans et bien davantage après sa mise en bouteille.

Ainsi, Ausone 1929 démontre, aujourd’hui encore, la race et le potentiel du terroir. Le 1982 commence à peine à dévoiler sa grandeur alors que Ausone 1989 et 1990 illustrent les sommets que peuvent atteindre le domaine. Plus proche de nous, Ausone 1998, 2000 ou 2005 présentent une concentration et une vivacité minérale multidimensionnelle qui leur permettront de défier le temps. Les 2001 et 2008, plus intellectuels et moins faciles d’approche, se révèleront dans le temps comme de merveilleux modèles classiques de l’appellation.

-

Château Ausone

VINS PRODUITS PAR LA PROPRIÉTÉ

Château Ausone, Chapelle d'Ausone (second vin)

ÉVALUATION PAR RAPPORT À L’AOC - SAINT-EMILION GRAND CRU

Millésime Note absolue Note relative à l'AOC Ecart type
2009 97.8 106.8 1.47
2008 96.7 107.1 1.22
2007 95.2 106.9 1.39
2006 95.6 106.3 1.24
2005 96.7 109.9 3.05
2004 92.8 106.7 4.14
2003 95.2 110.4 3.24
2002 92.0 107.7 3.47
2001 93.8 110.8 3.15
2000 95.5 110.7 2.22
1999 92.6 108.3 3.27
1998 95.0 107.9 1.7
1997 96.1 111.8 1.13

COMMENTAIRES DE DÉGUSTATION

Alain Bringolf - 03/2009

Goûté à la propriété.
Couleur rubis profond.
Bouquet complexe de fruits noirs très purs, groseille, de minéral, floral avec quelques notes empyreumatiques. Les arômes se développent spectaculairement à mesure de l'aération (un carafage de quelques heures lui aurait été très profitable..).
L'entrée présente de la carrure, dévoilant une texture à la fois veloutée et serrée. Le centre, très dense et dynamique, fait ressortir des tannins soyeux, une mâche contenue et un exceptionnel relief minéral crayeux. Finale puissante mais tonique, sculptée dans son terroir.
Encore trop jeune mais assurément un vin référence dans ce grand millésime sur la Rive Droite!


La consultation de cette fiche est partiellement vérrouillée

Pour visualiser la fiche complète, vous devez ouvrir un compte Statwine. cliquez ici
  • StatWine
  • Boottle