StatWine

ÉTUDES DES CHÂTEAUX ET VINS DE BORDEAUX

Château Ferrière

Margaux

3ème Grand Cru Classé

dernière mise à jour : samedi 19 décembre 2009
 

Château Ferrière est un troisième Grand Cru Classé resté en sommeil durant de longues décennies. Il doit son nom à une famille de praticiens bordelais.
La famille Villars, propriétaire du Château Haut Bages Libéral sur Pauillac, achète La Gurgue en 1978 et Château Ferrière dix ans plus tard. Cependant, Claire Villars n’a réellement eu la possibilité d’exploiter, pour son compte, le domaine qu’à partir de 1992, date de la fin du contrat de fermage avec Château Lascombes.


Le vignoble d’à peine 8 hectares, le plus petit des Crus Classés du Médoc, est resté à l’ombre des grands noms de Margaux puisqu’on l’a considéré successivement comme le second vin de Prieuré-Lichine, puis de Lascombes et avait quasi disparu des circuits de distribution. Les nouveaux propriétaires ont investi temps et patience pour remonter la notoriété historique de Château Ferriere. Le potentiel était là, les investissements et la compétence de la nouvelle équipe firent le reste. L’ancien bâtiment historique de Château Ferrière étant aujourd’hui uniquement utilisé comme lieu de stockage, c’est en fait le Château La Gurgue, situé en plein centre du bourg de Margaux, qui reprit le nom de « Château Ferrière ».


Le style des vins de Château Ferrière est puissant, considéré comme assez « masculin ». Ceci s’explique par l’origine des raisins provenant de deux parcelles différentes, la première située à Margaux, dans un enclos de vieilles pierres au coeur du village de Margaux. Constituée de  graves sur argiles, c’est elle qui attribue de la finesse aux vins de Ferrière. La seconde parcelle est située à Cantenac. Elle descend en pente douce vers celles de Château Margaux qui reprend l'ascension un fossé plus loin. Du bout de la promenade du parc de la propriété, les célèbres pavillons rouges délimitent le vignoble du Premier Cru.
Le terroir pauvre de Ferrière est composé de graves profondes sur marnes calcaires. Il est dit que dans le Médoc, la vigne doit souffrir afin d’exprimer sa souffrance pour le plus grand plaisir des connaisseurs. Claire Villars a procédé à une étude pédologique approfondie des différentes parcelles afin d’adapter le travail aux chais à une approche parcellaire.


La vigne est traitée avec soin : effeuillages légers, vendanges en vert, chaussages hivernaux et des labourages mécaniques, sans désherbants.
Lors des vendanges, un premier tri est effectué à la vigne avant que les grappes ne parviennent au chai pour un deuxième tri sur table. Après l’éraflage, un léger foulage est effectué avant que le raisin soit pompé en cuve. Les macérations durent 2 à 3 semaines, puis la fermentation alcoolique, avec des levures sélectionnées, s’effectuent en cuves bois, inox et béton, ces dernières étant préférées pour leur meilleur échange thermique. Durant les fermentations, l’équipe technique effectue des remontages 2 x j et des délestages en cuve.


Avant 2000, la fermentation malolactique se faisait en barriques, ce qui donnait souvent un côté flatteur aux vins de Ferrière dans sa jeunesse. Aujourd’hui, l’orientation voulue par la propriété est de produire des vins plus authentiques, moins boisés et cette opération se fait à nouveau en cuve. Après une sélection des lots de presse et un premier assemblage déterminé par type de chauffe de barrique – la propriété travaille avec six tonneliers – le vin est mis en élevage en fûts pour 16 à 20 mois. Durant cette période, des soutirages et des ouillages réguliers sont effectués environ toutes les deux semaines en début d’élevage, puis tous les deux mois et demi.
L’assemblage final se fait avant le collage à l’albumine et la mise en bouteille.

Château Ferrière

VINS PRODUITS PAR LA PROPRIÉTÉ

Ferrière, Les Remparts de Ferrière (second vin)

ÉVALUATION PAR RAPPORT À L’AOC - MARGAUX

Millésime Note absolue Note relative à l'AOC Ecart type
2008 88.1 98.7 2.67
2007 88.7 100.3 2.29
2006 88.6 99.1 3.02
2005 85.0 97.1 3.29
2004 86.8 100.9 4.33
2003 85.0 99.4 3.87
2002 85.5 100.5 3.27
2001 83.6 99.4 3.54
2000 84.5 99.0 5.07
1999 91.2 107.2 1.26
1998 87.6 102.2 3.87
1997 86.5 103.4 0.25

COMMENTAIRES DE DÉGUSTATION

Alain Bringolf - 03/2009

Goûté à la propriété.
75% Cabernet-Sauvignon, 25% Merlot.
Arômes expressifs de fruits noirs, épices, bois de cèdre et cuir.
Mais la texture ne tient pas tout à fait les promesses olfactives. Si l'attaque met en avant un fruit assez intense, la bouche perd ensuite en saveur. Les tannins montrent une certaine amertume avec un côté un peu froid et une concentration moyenne. La finale est aqueuse, soulignant une maturité trop juste.
Je m'attendais vraiment à mieux sur ce millésime..


La consultation de cette fiche est partiellement vérrouillée

Pour visualiser la fiche complète, vous devez ouvrir un compte Statwine. cliquez ici
  • StatWine
  • Boottle
  • Him Motion