StatWine

ÉTUDES DES CHÂTEAUX ET VINS DE BORDEAUX

Château Gruaud Larose

Saint-Julien

2ème Grand Cru Classé

dernière mise à jour : vendredi 12 février 2010
 

A la sortie de Beychevelle, un peu à l'écart de la route de Saint-Laurent, se détache dans un moutonnement de vignes, l'élégante silhouette blonde du Château Gruaud-Larose, flanqué d'une grande tour de guet rectangulaire. Ce vaste domaine médocain est contigu aux châteaux Lagrange et Branaire-Ducru à l'est.

Le Domaine

Ce sont les deux frères Gruaud, le premier magistrat et le second ecclésiastique, qui œuvrèrent à former les bases du domaine actuel de Château Gruaud-Larose. Mais avant d'être à nouveau réuni en 1917 par Désiré Cordier, le domaine avait été scindé en deux, suite à la succession du Chevalier de Larose en 1795. Il en résultait alors la production de deux crus distincts: Château Gruaud Larose Sarget et Château Gruaud Larose Faure. Beaucoup plus tard, en 1994, alors que Gruaud-Larose est à nouveau un, c'est le groupe Alcatel qui effectue l'essentiel des remaniements des installations techniques avec Pierre Suard et la réalisation de magnifiques chais, sous la houlette des architectes Mazières. Le domaine appartient depuis 1997 à la famille Merlaut (Groupe Taillan).

À la vigne

Posé sur un sous-sol très homogène de graves moyennes sur socle marneux, le terroir de Gruaud-Larose favorise un mûrissement harmonieux des grappes. Une refonte totale de l'outil de travail fut effectué en 1995. Le vignoble de Château Gruaud-Larose couvre une surface de 82 hectares. Il est conduit avec soin selon les méthodes de lutte intégrée. Les opérations manuelles en vert (ébourgeonnage, épamprage et effeuillage), ainsi que le rehaussage du palissage des vignes sont effectués afin de favoriser la photosynthèse. L'encépagement de Château Gruaud-Larose comprend 57% de Cabernet-Sauvignon, 30% Merlot, 8% Cabernet-Franc, 3% Petit Verdot et 2% Malbec. Âgées de 45 ans, les vignes sont plantées à une densité de 10'000 pieds/ha pour un rendement moyen avoisinant 44 hl/ha.

Au chai

Au niveau technique, c'est Georges Pauli qui, depuis les années 1970, assure la continuité à Gruaud-Larose. La cuverie (60% ciment / 40% bois) profite d'équipements spéciaux tels que des générateurs de froid et chaud pour les macérations. Les fermentations sont effectuées avec des levures indigènes et la cuvaison dure entre 21 à 35 jours, ponctuée par des remontages réguliers pour l'extraction du vin. Le pressurage se fait ensuite dans des pressoirs pneumatiques. La fermentation malolactique se fait à 50% en barriques, suivie par une élevage de 18 mois en barriques à 50% neuves. Une légère filtration est appliquée aux vins de Gruaud-Larose avant la mise en bouteilles.

En bouteille

Progressivement, le style de Gruaud Larose s'est orienté sur des vins concentrés, basés sur l'exploitation de la qualité du fruit capable de donner des vins expressifs et profonds. Après plusieurs changements de propriétaires dans les années 90, la situation au Château Gruaud Larose s'est stabilisée. La tendance à la fin des années 90 a été de produire des vins plutôt extraits, au fruit bien mûr et plaisant. Les derniers millésimes de Gruaud-Larose montrent cependant un retour à plus de classicisme. Capable de réussites fulgurantes (1982, 1983, 1988), Château Gruaud Larose se distingue surtout par sa très grande régularité. Un cru de grande confiance, qui pratique des prix raisonnables dans la catégorie des Grands Crus Classés médocains. Le second vin est le Sarget de Gruaud-Larose. Environ 400'000 bouteilles de vin sont produites chaque année au domaine.

-

Château Gruaud-Larose

VINS PRODUITS PAR LA PROPRIÉTÉ

Gruaud Larose, Sarget de Gruaud Larose (second vin)

ÉVALUATION PAR RAPPORT À L’AOC - SAINT-JULIEN

Millésime Note absolue Note relative à l'AOC Ecart type
2008 89.7 98.6 2.08
2007 90.2 100.2 2.34
2006 91.0 100.6 2.14
2005 88.8 99.8 4.2
2004 87.9 100.9 3.42
2003 88.1 100.7 3.96
2002 87.4 99.8 4.4
2001 86.9 101.0 4.11
2000 88.5 100.8 4.54
1999 86.6 99.8 4.35
1998 89.0 101.4 3.12
1997 88.0 101.3 4.01

COMMENTAIRES DE DÉGUSTATION

Alain Bringolf - 05/2004

Nez légèrement pétrolé.
La bouche est dominée par le cassis et des tannins très présents.
Semble un peu forcé et manque d'harmonie générale.


La consultation de cette fiche est partiellement vérrouillée

Pour visualiser la fiche complète, vous devez ouvrir un compte Statwine. cliquez ici
  • StatWine
  • Boottle
  • Him Motion